DANIELHOPEmenuhinNA

REPRÉSENTATION : FRANCE

“Un Mariage de virtuosité et de perspicacité.”

NewYorkTimes

... Lire moins

Le violoniste britannique Daniel Hope est internationalement reconnu pour sa vitalité et sa créativité musicales. Il remporte trois prix majeurs pour son enregistrement des concertos de Berg et Britten : le « Classical Brit Awards » en Angleterre, et en Allemagne, le « Deutsche Schallplattenpreis » et le «ECHO Klassik Prize ». Il est aussi nominé pour cinq Grammy™ Awards. En octobre 2011, il gagne le «ECHO Prize » pour la cinquième fois.

Parmi les chefs d’orchestres avec lesquels Hope a travaillé, il faut mentionner Kurt Masur, Christian Thielemann, Sakari Oramo, Daniel Harding, Mstislav Rostropovich, Semyon Bychkov, Roger Norrington, Yehudi Menuhin, Michel Plasson, Kent Nagano, Rafael Frühbeck de Burgos, Andrew Litton, Jeffrey Tate, Vladimir Fedosseyev, John Axelrod, Mikhail Pletnev, Thomas Hengelbrock, Hans Graf et Leonard Slatkin. Il joue avec les plus grands orchestres : Boston Symphony, Chicago Symphony, Los Angeles Philharmonic, Toronto Symphony, Israel Philharmonic, Berlin Radio Symphony, Staatskapelle de Dresde, Orchestre National de France, Orchestre National du capitole de Toulouse, NDR-Hamburg, Wiener Sinfoniker, Camerata Salzburg, Chamber Orchestra of Europe, Concerto Köln, BBC Symphony, City of Birmingham Symphony, Royal Philharmonic de Londres et de Stockholm, RSO Moscow, l’Orchestre Philharmonique d’Oslo, du Konzerthausorchester Berlin, du Tokyo Symphony Orchestra et bien d’autres.

... Lire plus

Le violoniste britannique Daniel Hope est internationalement reconnu pour sa vitalité et sa créativité musicales. Il remporte trois prix majeurs pour son enregistrement des concertos de Berg et Britten : le « Classical Brit Awards » en Angleterre, et en Allemagne, le « Deutsche Schallplattenpreis » et le «ECHO Klassik Prize ». Il est aussi nominé pour cinq Grammy™ Awards. En octobre 2011, il gagne le «ECHO Prize » pour la cinquième fois.

Parmi les chefs d’orchestres avec lesquels Hope a travaillé, il faut mentionner Kurt Masur, Christian Thielemann, Sakari Oramo, Daniel Harding, Mstislav Rostropovich, Semyon Bychkov, Roger Norrington, Yehudi Menuhin, Michel Plasson, Kent Nagano, Rafael Frühbeck de Burgos, Andrew Litton, Jeffrey Tate, Vladimir Fedosseyev, John Axelrod, Mikhail Pletnev, Thomas Hengelbrock, Hans Graf et Leonard Slatkin. Il joue avec les plus grands orchestres : Boston Symphony, Chicago Symphony, Los Angeles Philharmonic, Toronto Symphony, Israel Philharmonic, Berlin Radio Symphony, Staatskapelle de Dresde, Orchestre National de France, Orchestre National du capitole de Toulouse, NDR-Hamburg, Wiener Sinfoniker, Camerata Salzburg, Chamber Orchestra of Europe, Concerto Köln, BBC Symphony, City of Birmingham Symphony, Royal Philharmonic de Londres et de Stockholm, RSO Moscow, l’Orchestre Philharmonique d’Oslo, du Konzerthausorchester Berlin, du Tokyo Symphony Orchestra et bien d’autres.

Il joue dans les plus grandes salles mondiales : la Philharmonie de Berlin, Carnegie Hall à NY, le Gewandhaus de Leipzig, le Teatro Colon de Buenos Aires, le Théâtre des Champs-Elysées et la Cité de la musique à Paris, le Concertgebouw d’Amsterdam, le Barbican, le Wigmore Hall, le Queen Elizabeth et le Royal Albert Halls à Londres…. et apparait dans les plus grands festivals : Salzburg Festspiele, Lucerne, Hollywood Bowl, Aspen, Tanglewood, Ravinia, Schleswig-Holstein, Schubertiade Schwarzenberg, Gstaad, Bath, San Sebastian, Edinburgh. En 2014, il crée le concerto pour violon « 1914 » que Gabriel Prokofiev lui dédie, aux BBC Proms.

Passionné de musique de chambre, il a eu comme partenaire Menahem Pressler, Nicholas Angelich, Alexandre Tharaud, le Quatuor Ebène, Yuri Bashmet, Lynn Harrell, Kristian Bezuidenhout, Katia et Marielle Labèque, Tabea Zimmermann et bien d’autres. Il collabore avec Anne Sofie von Otter, Thomas Hampson, Sting, Thomas Adès, Edgar Meyer, Zakir Hussain, Jeffrey Kahane, David Finckel, Wu Han, Jaime Laredo, Sebastian Knauer, et le quatuor Emerson.

Daniel Hope dirige de son violon bon nombre d’orchestres de chambre : le Chamber Orchestra of Europe (dans un disque des Concertos pour violon de Bach), la Camerata Salzburg, l’ensemble Concerto Köln sur instruments d’époque, la Deutsche Kammerphilharmonie Bremen, le Stuttgarter Kammerorchestrer, le Lucerne Festival Strings, L’Arte del Mondo.

Daniel Hope voue une partie de son temps à des projets conceptuels. Il écrit aussi des scripts et il est demandé comme présentateur radiophonique et télévisuel. Sa collaboration passée avec l’acteur oscarisé Klaus Maria Brandauer a mené certaines séries comme « War and Pieces » et « Mozart Unpluegged » à de grands succès. Lors de la saison 2012-13 sortent deux nouveaux documentaires sur la musique issue du camp de concentration de Theresienstadt (avec Anne Sofie von Otter et Christian Gerhaher – Diapason d’Or de l’année 2014) et sur l’histoire du violon.

En avril 2002, Daniel Hope devient le plus jeune membre jamais compté par le légendaire Beaux Arts Trio, pendant ses 6 dernières années d’activité.

Artiste très prolifique, Daniel Hope a déjà enregistré plus de 25 albums sous son nom. En janvier 2007, il signe avec le prestigieux label Deutsche Grammophon dont il est depuis artiste exclusif. En septembre 2012 parait l’album „Vivaldi Recomposed“. Très grand succès mondial, l’album est classé 1er dans 22 pays. En janvier 2013 parait « Spheres », fruit d’une collaboration avec le Rundfunkchor Berlin et le Deutschen Kammerorchester Berlin sous la direction de Simon Halsey, et qui réunit notamment des œuvres de maîtres contemporains comme Arvo Pärt ou Michael Nyman, et de jeunes compositeurs comme Gabriel Prokofiev ou Alex Baranowski. Son dernier projet, « Escape to Paradise », est consacré au « son d’Hollywood » et aux compositeurs européens – Korngold, Rózsa, Eisler, Waxman… – qui ont révolutionné en profondeur la musique de film américaine. Enregistré avec le Royal Stockholm Phlarmonic et Alexander Shelley, le projet fait intervenir bon nombre d’invités de marque comme Sting ou Max Raabe.

Né en Afrique du Sud, Hope étudie le violon at la Royal Academy of Music en Grande-Bretagne auprès du renommé Zakhar Bron. Il joue le violon « ex-Lipinski » Guarneri del Gesù de 1742, mis gracieusement à sa disposition par une famille allemande anonyme.

Site Officiel
Facebook
logo-youtube-rose-2
disco_300
gallerie

« Féru d’histoire, le violoniste livre « Escape to Paradise », fascinant retour aux sources du « son hollywoodien. »

le-figaro
video2